Me voici de retour après une petite pause et aujourd’hui je vais vous présenter Morgane et Aurore, deux entrepreneures qui ont relevé le défi de créer leur entreprise à l’étranger. C’est dans une très bonne ambiance qu’elles vont vous parler de leur aventure et d’elles-mêmes. Mais avant de vous laisser avec elles, je voulais vous parler du conditionnement dans lequel on grandit et on évolue. Cela fait plusieurs années que je travaille à sortir du formatage dans lequel j’ai grandis au sein de cette société, à éliminer les préjugés et notamment les propos racistes, sexistes ou spécistes que l’on emploie sans vraiment s’en rendre compte, comme si c’était ordinaire, normal. J’ai par exemple décidé d’utiliser humain au lieu d’homme, de nommer le magasin en face de chez moi le bazar plutôt que de dire « je vais chez les chinois », d’arrêter de dire « c’est un porc » pour qualifier un humain, les pauvres cochons n’ont rien fait pour avoir cette réputation, de ne surtout plus dire « mais quelle blonde » et la liste est encore bien longue ! Mais parfois, j’ai encore des vieilles habitudes bien nulles dans le style, qui ressortent au sein d’une conversation et ça me met de suite en colère. Mais vraiment, vraiment, j’y travaille. Vous allez d’ailleurs en entendre une du style aujourd’hui et ça me paraît vraiment important de vous en faire part et c’est comme cela aussi que nous changerons le monde et les mentalités. Allez, je vous laisse maintenant avec l’interview du jour !

girlpreneur interview

Je vais vous laisser vous présenter. Qui commence ?

Morgane : Je m’appelle Morgane, j’ai 31 ans, originaire de Normandie et je vis à Séville depuis bientôt un an.

Aurore : Moi je m’appelle Aurore, j’ai 31 ans, je suis normande et pareil, cela va faire un an que j’habite à Séville.

Normande ? Ça ne s’entend pas du tout ! Qu’est ce que vous faites dans la vie ? Est ce que vous pouvez nous parler un peu de votre entreprise ?

Aurore : On a créé un jeu de piste touristique à Séville c’est tout récent et en fait cela permet de visiter, découvrir les places, les jardins, les monuments extérieurs, les places les plus convoitées de Séville.

Cathédrale de Séville

C’est un concept que vous avez créé ou vous vous êtes inspirées ?

Aurore : C’est un concept qui existe déjà en France mais qui n’est pas touristique.

D’accord, c’est vraiment votre « bébé » du coup. Et vous connaissiez déjà Séville pour pouvoir développer cette activité ?

Morgane : Moi non.

Aurore : Moi oui, je connaissais un peu. On a appris de toute façon, toutes les deux, avec un peu plus de temps. Mais c’est vrai que on connaissait pas Séville comme notre poche.

On a créé un jeu de piste touristique à Séville c’est tout récent et en fait cela permet de visiter, découvrir les places, les jardins, les monuments extérieurs, les places les plus convoitées de Séville.

Mais vous vous en sortez bien je suppose maintenant. Et pourquoi vous avez choisi ce domaine d’activités ?

Aurore : Le tourisme ? Parce qu’on aime être en contact avec les gens. Oui, on est très sociable.

Morgane : Puis c’est une ville très touristique aussi donc c’est un atout pour nous, ce domaine là.

Et vous faites ça pour des groupes francophones ou en plusieurs langues ?

Aurore : On le fait en espagnol, en anglais et en français.

Morgane : On a essayé de cibler le maximum.

Oui, effectivement parce que même s’il y a beaucoup de français, il n’y a pas que des français à Séville qui viennent visiter. C’est chouette ! Est ce que vous pouvez me parler de votre routine, votre journée type dans votre travail ? Je suppose qu’aucune ne se ressemble dans votre domaine d’activité.

Aurore : Non, aucune ne se ressemble effectivement et ça va dépendre des jours. Il y a des jours où malheureusement on ne va pas avoir de clients, d’autres où on va en avoir beaucoup donc en fonction de ça, on essaie de jongler entre l’administratif, la communication, la prospection.

Mais vous êtes toujours occupées du coup !

Aurore : On est toujours occupée, on a jamais de moment de libre, sinon, il faut vraiment en prendre.

Oui c’est ça, il faut se les imposer.

Morgane : Il faut se les provoquer.

Ce qui est pas mal aussi. Vous travaillez plutôt toute la journée ou vous arrivez à vous aménager un planning ?

Aurore : En fait la journée passe vite donc c’est toute la journée en général. On essaie de faire une petite pause après le déjeuner. On essaie, pour se promener un peu.

Pour couper la journée !

Morgane : Profiter de la lumière du jour.

Oui, après on a de la chance à Séville quand même sur ce point là. Et vous êtes plutôt au rythme français ou sévillan ?

Les deux : Français !

Je comprends oui, moi c’est pareil. Qu’est ce que vous aimez le plus dans votre activité ?

Morgane : Déjà c’est la liberté parce que comme on le disait, on peut s’organiser à notre façon. Donc ça c’est très important.

Aurore : On peut vraiment faire ce que l’on veut, aller au bout de nos idées.

Morgane : Être qui on veut, sans rendre de comptes, qu’à elles mêmes.

Liberté !

C’est bien cette liberté et quand on y prend goût après, on ne veut plus revenir en arrière !

Aurore : Je pourrais plus je crois !

Morgane : Puis au moins, on récolte le fruit de notre ambition, ça vaut le coup !

Exactement, puis être son/sa propre chef.f.e, c’est quand même agréable.

Aurore : Ça peut avoir ses inconvénients aussi.

Tout à fait, comme partout.

Aurore : Mais oui c’est assez agréable de pouvoir faire ce dont on a envie.

Qu’est ce que justement vous aimez le moins, qu’est ce qui est plus difficile ?

Aurore : En fait de pas forcément avoir justement de temps pour nous et d’avoir quand même des contraintes financières, oui et non parce qu’on ne sait jamais de quoi demain sera fait. Il y a des mois qui vont être plus compliqués que d’autres et ce sera comme ça pendant au moins un an, le temps que notre activité se stabilise.

Votre activité est récente.

Morgane : Oui, cela fait quelques mois oui.

Aurore : Donc oui, c’est ça en fait.

Le plus compliqué à affronter. Et dans les périodes un peu plus difficiles, un peu plus creuses, comment vous arrivez à vous remotiver ?

Morgane : Déjà, nous la chance, c’est qu’on est deux, donc quand l’une ou l’autre a un petit coup de baisse, la deuxième est là pour rebooster un peu les troupes. Puis il y a la remise en question aussi sur les choses qui fonctionnent ou pas, savoir se remettre en question.

Aurore : On fait le point, on voit ce qui ne va pas et sinon on prend l’air bien sur, on va danser.

Morgane : On va se changer les idées oui.

Aurore : Ça fait du bien et danser on adore.

Danser pour se ressourcer

J’allais vous demander, vous arrivez à trouver où danser ici ?

Aurore : Dans des discothèques mais bon c’est vrai que c’est différent de la France. En France on danse plus, je pensais pas en arrivant ici…

J’ai pas trouvé encore l’endroit phare pour pouvoir sortir danser, c’est plutôt des cours de danses collectives en général mais les endroits comme il y a en France, j’avoue que ça me manque. Bon on va se le créer dans mon salon !

Morgane : Voilà, pas de soucis !

Aurore : C’est notre futur projet !

Est ce que vous avez des conseils à donner aux futures femmes entrepreneures ?

Aurore : De suivre ses envies, de s’écouter, de se lancer et de s’éloigner des personnes négatives qui pourraient influencer mais dans le mauvais sens.

Et celles qui osent pas se lancer justement, qu’est ce que vous pourriez leur dire ?

Aurore : De bien étudier le projet, qu’il soit viable et de ne pas hésiter non plus à s’entourer de professionnel, de personnes qui ont l’expérience, qui ont déjà vécu l’expérience d’entreprendre.

Morgane : Oui, ils sont là pour aider et conseiller.

Et vous ici à Séville, vous avez trouvé ce genre d’endroit ou plutôt sur internet ?

Aurore : Oui, il y a ici à Séville des endroits qui aident beaucoup les jeunes entrepreneurs. Il y a même énormément de formation.

C’est vrai et gratuite en plus.

Aurore : Si on cherche bien, il y a des possibilités de mener un projet.

Morgane : Ils commencent par nous soutenir du début et jusqu’à la fin.

C’est vrai, j’ai été agréablement surprise ici du cursus de formation par la ville.

Morgane : Et c’est rapide.

Aurore : Et même en tant qu’étrangère et c’est bien …

Oui on y a accès !

Aurore : Après on est française, on est européenne donc c’est peut être plus facile. Après je ne sais pas si une personne d’autre continent pourrait.

C’est vrai, je ne sais pas du tout.

Aurore : Mais en tout cas oui, on a été aidé et on l’est encore, on reçoit encore des mails pour des propositions de formation. C’est vraiment une bonne chose !

Maintenant, on va parler un peu plus de vous si vous voulez bien. Je vais vous laisser parler un tour chacune. Si on vous connaissez bien, qu’est ce qu’on saurait de vous ?

Morgane : Je commence. Je dirais déjà que je suis sympathique, que j’aime bien rigoler, j’ai souvent le sourire et surtout quand on a besoin de moi au niveau de mon entourage proche, je suis présente pour eux quand nécessaire.

Aurore : Surtout lors des déménagements… On a beaucoup déménagé, c’est pour ça. Et moi, que je suis gentille. Je peux être drôle, courageuse aussi. Je n’ai pas peur du travail.

C’est important je crois quand on entreprend quelque chose en plus. C’est des points importants dans votre domaine, c’est super. Est ce que vous pouvez nous citer trois de vos valeurs de vie les plus importantes ? Je vous fais travailler !

Morgane : Déjà je dirais le respect de l’autre, la liberté et la troisième, je sais pas, là comme ça, j’en ai deux.

C’est déjà pas mal, on va rester sur deux.

Aurore : Moi, ce serai l’honnêteté, la fidélité et pareil, le respect de l’autre aussi.

Des bonnes valeurs. Et si vous étiez une couleur, laquelle seriez vous ?

Aurore et Morgane : Le bleu !

C’est souvent une couleur qui ressort, c’est marrant !

Aurore : Ça évoque la mer, le ciel !

C’est vrai que c’est une couleur positive, souvent on me dit le bleu.

Aurore : Puis ça a un côté apaisant.

Morgane : Oui c’est ça.

Couleur du zen, oui c’est vrai.

Morgane : De l’évasion !

Blue Power

Blue Power

Si vous étiez un animal, lequel seriez vous ?

Aurore : On peut être deux ? Déjà le chat, je trouve qu’il est indépendant, il peut toujours se débrouiller. Il peut faire face à chaque situation ! Ou un oiseau, une petite hirondelle par exemple, parce que c’est un oiseau migrateur, qui a la chance de pouvoir voyager autant qu’il veut. C’est sympa et encore la notion de liberté aussi.

Qui revient beaucoup chez vous !

Aurore : Ça doit être génial de savoir voler.

Oui c’est vrai, peut être un jour l’Homme (ndlr : l’Humain Gaëlle !!!) trouvera un moyen !

Morgane : Oui ailleurs que dans un avion …

C’est ça … Quoi qu’il y a le parapente qui est pas mal, j’ai essayé le parapente et ça fait une super sensation aussi mais on est pas encore des petits oiseaux !

Morgane : Moi c’est un oiseau aussi. Pour les mêmes raisons, pas forcément une hirondelle. Tant que je peux voler, ça me va, de pouvoir partir où ça me chante !

Aurore : Ah oui, une pie aussi !

Tu parles beaucoup ?

Morgane : Ça dépend des fois !

Vous êtes vachement en accord, sur les mêmes lignes de pensées, c’est marrant, que ce soit dans votre manière d’envisager ou les valeurs ou ce genre de choses.

Morgane : Oui on a des différences mais on a quand même pas mal de chose en commun, oui, la façon de penser, pas tout mais …

Aurore : En règle générale, on s’entend sur plusieurs points.

Morgane : On se retrouve assez facilement…

Aurore : Et c’est tant mieux !

Oui, oui, pour pouvoir développer une activité ensemble !

Aurore : Et encore une fois, cela fait très longtemps qu’on se connaît ! Depuis le collège, donc c’est vrai que ça a créé des liens et des points en commun.

Morgane : Des réactions,…

Aurore : Parce que c’est vrai que de se connaître à 10-11 ans, voilà, on forme notre caractère durant l’adolescence et d’avoir vécu l’adolescence ensemble, ça a créé vraiment…

Un lien fort, les mêmes perspectives ! Est ce que vous pouvez nous parler de votre dernière lecture ? Si vous avez le temps de lire…

Aurore : Le temps pour lire, on le prend pas forcément peut être mais moi on va dire, le livre que j’essaie de terminer en tout cas mais qui est très intéressant, c’est de Raymond Moody, c’est en fait un docteur qui a recueilli plusieurs témoignages de personnes ayant vécu la mort clinique, enfin, qui ont vécu le phénomène de décorporation, en quelques secondes ou quelques minutes et on pu raconter ce qu’ils ont ressenti durant ce court voyage. C’est un livre pour moi assez spirituel finalement, ça évoque le fait qu’on puisse avoir une autre vie, qu’on ne meurt pas seulement, en mourant, il y a une autre vie spirituelle et voilà, moi, je suis assez spirituelle quand même, donc je trouve que c’est rassurant de lire un livre comme ça !

La vie après la vie de Raymond Moody

Très intéressant !

Morgane : Alors moi, le peu de fois où j’ai le temps de lire, c’est des livres pour enfant en espagnol.

Pour travailler ton espagnol non je suppose ?

Morgane : Exactement, c’est exactement pour ça ! Donc il n’y a pas de grandes lectures, c’est vraiment des petites histoires faciles.

Et pratique. C’est vrai que ça fonctionne bien ça.

Morgane : Oui ça aide, des phrases basiques, bien construites, puis au niveau de la compréhension c’est plus simple pour l’instant que des livres un peu plus « adulte ».

Tu peux faire (ndlr la gamme) « adolescent » aussi, entre deux, des petits romans. S’il vous restait un seul morceau de musique à écouter, lequel ce serait ?

Morgane : Alors moi ce serait, toujours un peu dur comme question mais je pense que ce serait du disco-funk, quelque chose comme ça, histoire de finir un peu en fête, en dansant ! Ce serait plus dans ce style là !

Aurore : Alors moi ça dépend vraiment de mon humeur…

Alors là, c’est la fin, c’est ton dernier morceau,…

Aurore : c’est compliqué… C’est pas facile… Moi j’aime bien Nina Simone, Mister Bojangles, avec mon accent super anglais ! Moi, j’aime bien.

 

Quels sont vos petits plaisirs au quotidien ?

Morgane : Danser, quand on a l’occasion et quand on trouve l’endroit bien sûr, mieux que dans la chambre… Et écouter de la musique aussi et manger de bonnes choses, en tant que bonne française, dès qu’on peut se faire des bons petits plats.

Aurore : Moi c’est manger du chocolat, matin, midi et soir mais du noir !

Pareil, je suis team chocolat noir, toute la journée…

Aurore : À consommer sans modération !

Le chocolat c'est la vie !

Le chocolat c’est la vie !

Oui c’est bon pour le moral aussi mais ça fait un budget quand même. Faut savoir mettre la priorité là où ça nous fait du bien aussi ! Est ce qu’il y a des femmes qui vous ont inspiré dans votre parcours de vie ? Connues ou pas d’ailleurs.

Morgane : Non, moi pas spécialement.

Pas spécialement ? Tu t’es tracée ta route toi même !

Aurore : Pareil, enfin pas spécialement, les femmes ne général m’inspirent. Mais c’est vrai que depuis toute petite j’ai été entourée de femmes, dans la famille et c’est vrai que mon cerveau a intégré qu’une femme était importante et forte et indépendante mais sinon une femme en particulier, non.

Girl Power

D’accord, globalement, les femmes en général que tu as eu autour de toi. C’est chouette d’avoir directement les « bons » modèles qui t’amènent à faire ton propre chemin !

Aurore : Bon après, les bons comme les mauvais, les mauvais modèles peuvent aider aussi à savoir ce qu’on ne veut pas faire !

C’est vrai oui, si tu as suffisamment de recul pour analyser un peu, c’est vrai, il n’y a pas que le positif qui t’aide à être ce que tu es. Je suis assez d’accord. Qu’est ce que vous inspire le mot sororité ?

Morgane : On l’a découvert …

Aurore : C’est la solidarité féminine…

Morgane : Oui, c’est une bonne chose.

Aurore : Faut continuer, serrons nous les coudes !

Morgane : Oui, c’est ça.

Puis vous, le fait d’être deux femmes qui travaillent ensemble, qui ont créé leur entreprise, vous êtes en plein dedans aussi ! Je suppose que vous vous soutenez quotidiennement !

Morgane : Il faut de toute façon !

Aurore : Et s’il y a besoin de soutenir d’autres femmes, on est là !

Morgane : On est là aussi !

Super et déjà on va prendre rendez-vous pour aller danser et trouver un moment !

Morgane : C’est ça !

Aurore : L’union fait la force !

Sororité

Sororité

Mais oui, le mot sororité c’est vrai que ça fait quelques temps qu’on l’entend un peu plus mais que j’aimerai répandre encore plus. J’aime bien ce mot et on entend souvent, beaucoup, fraternité et c’est vrai que j’en parle de sororité souvent, à moins d’être dans le mouvement féministe et de l’entendre beaucoup, les gens pensent plus à fraternité que sororité mais non, on est des femmes, sororité c’est pour nous ! Est ce que vous avez des choses à ajouter, des messages à faire passer ?

Aurore : Non, non, je n’ai pas de message en particulier.

Morgane : Si, à l’occasion, testez notre activité !

Exactement, si vous venez sur Séville. Je vais mettre vos coordonnées, réseaux sociaux, comme ça les gens sauront où vous trouver ! Et s’ils viennent à Séville, c’est l’occasion pour vous découvrir ! Et il va falloir que je vienne tester aussi. Merci beaucoup en tout cas !

Pour suivre et contacter Morgane et Aurore :

Site web : https://citymysteryvisit.com/

Facebook : City Mystery Visit

Instagram : City Mystery

Mail : info@citymysteryvisit.com 
Tel : (+34) 642 92 43 26/39

Il y a des jours où malheureusement on ne va pas avoir de clients, d’autres où on va en avoir beaucoup donc en fonction de ça, on essaie de jongler entre l’administratif, la communication, la prospection.

Et si tu veux relire l’interview de Sophie et celle de Carole-Anne elles t’apporteront aussi beaucoup !